Le baptême dans la Bible

http://partagess.free.fr/messages.htm

Qu' est-ce que le baptême, Quelle est sa signification réelle, A qui doit-il être administré et comment, Que confère t-il, le cas échéant...

Telles sont les questions auxquelles, on tâchera de répondre cette étude sur le baptême d'eau suivant ce que la Bible, au travers de ses enseignements, nous révèle.

Pour ce qui est du sens du mot baptême, du grec βαπτζω baptizô, fréquentatif de βπτω baptô, « plonger dans un liquide ») et c’est à cela qu’est destiné l'authentique croyant, la Bible nous relatant que nous sommes baptisés en la mort de Christ, c'est à dire plonger, enseveli pour être ressuscité avec Lui.

Romains 6.3: " Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés? "

Le baptême marque un changement dès l'instant où l'on s'est repenti de ses péchés, et accepté par la foi Christ comme son Sauveur personnel en vertu de Son sacrifice à Golgotha.
La conversion elle, est radicale, puisque le terme signifie littéralement "demi-tour" indiquant ainsi un changement total et le baptême quant à lui montre au monde le résultat de ce changement en obéissance aux commandements du Seigneur!

Le baptême reste l'engagement d’une bonne conscience vis à vis de Dieu comme nous le dit Pierre dans ses épîtres. Dans ce sens, un enfant en âge de comprendre et d'accepter le message du salut, peut être baptisé s'il le souhaite et rien ne peut s' y opposer s' il est clair dans sa profession de foi.

En ce qui concerne la façon d’être baptisé, une chose est certaine, au regard de tous les passages bibliques concernant le baptême, il correspond toujours à une immersion

1 Corinthiens 10.2 : " qu'ils ont tous été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer "

1 Pierre 3.20: " qui autrefois avaient été incrédules, lorsque la patience de Dieu se prolongeait, aux jours de Noé, pendant la construction de l'arche, dans laquelle un petit nombre de personnes, c'est-à-dire huit, furent sauvées à travers l'eau. "

Ce dernier, chrétien, prend sa réelle signification après l'œuvre accompli par Christ au calvaire, c’est à dire l’expiation. C’est ce qui fait que les baptisés le soient en association avec la mort de leur Sauveur

Romains 6.3-4: " Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés ? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. "

Le baptême nous distingue vis à vis du monde incrédule, tout comme ce fut le cas pendant le déluge avec Noé et sa famille qui en reste une image, lorsqu'ils construisaient l'Arche dans la perspective du déluge, sous les railleries de ses contemporains. C'est notre marche ici bas sur cette terre qu’il a en vue (en nouveauté de vie) et non une entrée dans le ciel, même si par le baptême nous nous identifions à Christ dans sa mort et sa résurrection.

Un chrétien sur cette terre, qui ne serait pas baptisé, reste vraisemblablement dans une position anormale. Lorsque Pierre dit dans son épître que c'est un engagement de bonne conscience envers Dieu, une fois fait nous nous plaçons sous l’autorité de Dieu en ayant obéi aux commandements du Seigneur.

Il ne faut en aucun cas prendre le baptême à la légère, et la responsabilité de celui qui baptise est engagée, pasteur, évangéliste ou frère, puisqu'il aura à enseigner les vérités chrétiennes au baptisé, qui viennent après et non avant le baptême

Matthieu 28.19-20 : "Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde. "

Dans la Bible, rien ne laisse à penser qu’il faille demander le baptême, ni d'enseigner le futur baptisé avant. Ce qui est primordial, c'est qu’il ait simplement accepté le message du salut pour être sauvé et le reste en découlera.
L’exemple du brigand sur la croix (converti avant de mourir) devrait nous aussi faire réfléchir lorsque nous voulons aller plus loin parfois, dans notre position à l’égard du baptême et de ses conséquences!

Etre baptisé pour Christ, c’est se placer sous son autorité, sous la bannière du rémunérateur de la foi, pour marcher en nouveauté de vie.

Le frère en la chair du Seigneur, Jacques, dans sa lettre parle du beau nom qui est invoqué sur nous ; en fait c' est ce qui donne toute sa valeur au baptême, même si ce dernier reste un signe extérieur.

Il est bon également de souligner que le baptême est administré au nom de la Trinité, c’est à dire au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

La vrai signification biblique du baptême est, de toute évidence, celle d'un symbole de notre union avec Christ, de notre mort et ensevelissement avec Lui, de même que notre résurrection, c’est un bain de purification (symbole de purification des péchés par le sang de Christ), non pas en vue de la rémission des péchés, mais comme quoi nous revêtons Christ et le sceau de notre acceptation par Dieu de notre alliance avec lui et donc d’un passage à une vie nouvelle.

Il est évident que le baptême des nouveau-nés, tel que pratiqué par les défenseurs du pédobaptisme, ne peut exprimer ces réalités spirituelles.

En définitif, le baptême d’eau est donc l’affirmation et la manifestation de ce que le Saint-Esprit a produit au fond de notre coeur, lors de notre conversion et c’est en cela que l’apôtre Paul soulignera en disant qu’il n' y a qu'un seul baptême.
C'est également le signe de l’entrée du nouveau baptisé dans l’Eglise, à l’exception de l’eunuque éthiopien que l’on peut comprendre et celle de son admission au repas du Seigneur, la Cène.

Le baptême dans le Nouveau Testament reste toujours en liaison avec la formation de l' Eglise, puisque les liens en eux sont évidents, le livre des Actes nous rapporte : "Repentez-vous et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ"..."Ceux qui acceptèrent la Parole furent baptisés et, en ce jour là le nombre des disciples s' augmenta d' environ trois mille âmes"..." et "le Seigneur ajouta à l' Eglise ceux qui étaient sauvés" le texte grec littéral mot à mot étant "Le Seigneur ajoutait les étant sauvés chaque jour ensemble"

En conclusion, comme le souligne un serviteur de Dieu dans son livre, il y a deux sortes de chemin, et le baptême se situe à la croisée : celui qui mène à un matérialisme religieux, à un christianisme paganisé de plus en plus, et l' autre qui nous ramène à la foi authentique et à l' Eglise véritable que Jésus-Christ et les apôtres ont instituées.

A vous de choisir, le chemin que vous voulez emprunter!

 


mesure d'audience