Deux événements à comparer :

 

Entre un tag sur une mosquée et une église entièrement saccagée, l'agence de presse officielle de la Chiraquie (l'AFP) et sa police de la pensée (le MRAP) ont fait leur choix : le premier mérite attention et indignation, le second, ils s'en foutent. Qui parlait de lutter contre « tous les racismes » dimanche 7 novembre, tout en défilant avec des islamistes sexistes, anti-républicains et antisémites ?

Le premier événement, « Une croix gammée taguée sur un lieu de culte musulman dans le Nord », fait l'objet d'une dépêche AFP et d'une indignation « vigoureuse » du MRAP :


« LILLE, 24 nov 2004 (AFP) - Une croix gammée d'une quarantaine de centimètres a été taguée dans la nuit de dimanche à lundi sur un mur d'un lieu de culte musulman à Aulnoye-Aymeries (Nord), a-t-on appris mercredi de source policière et municipale. La croix gammée, taguée à la peinture bleue, a été découverte lundi matin par des fidèles venus pour la première prière du matin, a déclaré à l'AFP l'un d'entre eux, Moussa Allem. Elle a été rapidement effacée par les services municipaux, a précisé Jean-Marie Pietton, adjoint à la sécurité. Les responsables de la salle de prière n'ont pas porté plainte. Le Mrap du Nord-Pas-de-Calais a "condamné avec la plus extrême vigueur" cet acte "inqualifiable", dans un communiqué. Des inscription racistes ont été taguées ces derniers mois dans plusieurs localités de la région, notamment à Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais), Marchiennes (Nord), sur la synagogue de Valenciennes et la mosquée d'Escaudain (Nord). »

France-Echos vous avait signalé l'événement. Les responsables de la mosquée n'ont pas porté plainte, pensant qu'il s'agit d'un acte de « gamin » sans suite. Mais le MRAP, lui, s'indigne !

Par contre, le second événement est superbement ignoré par l'AFP, le MRAP, et tous les grands médias nationaux.

Il faut lire « Présent » - sans doute infiltré par l'extrême-droite, ou la droite extrême, ou peut-être, qui sait, par SOS Racisme ou l'UFAL ? -, il faut lire « Présent » du vendredi 19 novembre pour apprendre que…

« L'église Jean XXIII entièrement saccagée - Le ou les individus, qui dans la nuit du mercredi 10 au jeudi 11 novembre 2004 ont pénétré par effraction dans l'église Jean XXIII située sur la rocade d'Avignon (à proximité d'une zone dite « sensible »), n'ont pas fait dans la dentelle : porte de la sacristie fracturée, armoires et placards forcés, vêtements sacerdotaux, chasubles, cierges, images pieuses jetés à terre, vases sacrés en terre cuite émaillée brisés au sol, calice doré et santons envolés, réfrigérateur vidé, incendies allumés en divers endroits et notamment dans une pièce contenant du matériel de catéchèse (…) »

Evénement confirmé par le bulletin diocésain d'Avignon :

« Comme on a pu l'apprendre par la presse et la télévision régionales et nationales, des faits très inquiétants se sont déroulés à l'église Jean XXIII située au sud de la Rocade d'Avignon. Le jeudi 11 novembre, alors que la police venait constater les dégâts produits par une première effraction du mardi 9 au soir, il a été découvert des faits beaucoup plus graves commis lors d'un second vandalisme : incendie criminel dans l'église, saccage de la sacristie, tentative d'ouvrir le coffre contenant la Sainte Réserve et le matériel de sonorisation. La remise en état du bâtiment, couvert de suie du sol au plafond, pourrait atteindre 30000 euros. »

Mais ce n'est pas tout ! Sur le forum de http://www.peres-fondateurs.com, « Marie007 » poste :

« Dans la nuit du 20 au 21 Novembre une église dans un quartier populaire d'Avignon a été saccagée, l'intérieur a été en partie brûlée. Aucune info n'a filtré, seulement quelques mots sur une radio locale "France bleue Vaucluse" »

Le 24 novembre, Indigo signalait à France-Echos :

« Eglise en feu en Avignon. L'église Jean XXIII en Avignon a entièrement brûlé, je n'en connais pas la cause. »

et « Majeur » confirmait :

« Je viens de passer devant l'Eglise Jean XXIII. Elle n’a pas entièrement brûlée. Il semble que l'intérieur est souffert. Dès gens s'y affairaient, enlevaient des chaises. La charpente et les murs sont en place. Des dégâts à l'intérieur vraisemblablement. Devant l'église stationnait une camionnette qui portait l'inscription "Intervention après sinistres". J'ai pensé : Ou sont ceux qui devraient intervenir avant ? Alors que passait un groupe de jeunes immigrés. »

C'est drôle, l'AFP n'a pas de correspondants en Avignon ? Ni TF1 ? Ni France 2 ? Les amis de Mouloud Aounit n'ont-ils rien vu, rien entendu, alors qu'ils sont sensibles à la moindre croix gammée « islamophobe » ?

Le MRAP n'a pas non plus entendu ceux qui crient « Mort aux juifs » pendant ses manifestations, n'a pas vu ceux qui y frappaient des drapeaux américains et israéliens de la croix gammée, cette croix gammée qui le fait frémir quand elle est pourtant tagguée sur un lieu de culte musulman. Mieux encore, il attaquait ceux qui osaient évoquer ces faits, qu'ils fussent parlementaires ou simple militants antiracistes. Pensez donc ! Des actes racistes pendant les manifestions du MRAP ? Impossible, puis le MRAP est « contre le racisme » ! CQFD.

Ca a commencé comme ça, en Allemagne, dans les années 1930. « On ne savait pas », diront certains vingt ans plus tard.

Mais aujourd'hui, ils savent ! Et ils ne disent rien.

Le Hezbollah peut appeler à la haine des Juifs dans nos foyers grâce à Dominique Baudis et au CSA, les églises peuvent brûler, on n'ose plus sortir en kippa, les prétendus « antiracistes » défilent avec des islamistes sexistes et antisémites. Leur seule justification : ceux-ci ont « signé un texte clair ». Comme Hitler signait, comme Staline signait, comme le FLN signait, aujourd'hui Al-Manar, l'UOIF et les lapidateurs moratoirisés signent.

Avec le sang des futures victimes.

Francis Percy Blake
France-Echos.com

 

 


Mesure d'audience